TRUCS ET ASTUCES

COMMENT LIRE LE NOM D'UNE ORCHIDÉE

Les orchidées sont soit des espèces, soit des hybrides. 

Les espèces sont désignées par deux mots latins en italiques, le premier désigne le genre et la première lettre seulement est en majuscule, le second désigne l'espèce, et est complètement en minuscule. C'est souvent un terme descriptif, exemple: Cattleya violacea ou une version latinisée de son découvreur, exemple: Cattleya skinneri pour Georges Ure Skinner. 

Les hybrides sont désignés par deux noms d'espèces ou d'hybrides, séparés par un "X" exemple: Phalaenopsis Cassandra X aphrodite. Si le croisement a été enregistré auprès de la RHS (Royal Horticultural Society), il porte un nom, par exemple Phalaenopsis Timothy Christopher. Le nom de l'hybride est composé du nom du genre (toujours en italique, et 1ère lettre en majuscule), et de son nom de croisement, qui n'est pas en italique, et dont chaque mot commence par une majuscule.

À noter que le nom est parfois suivi d'un nom de cultivar et/ou d'un acronyme signifiant que la plante a mérité un prix, par exemple AM/AOS.

 

MILIEU D'EMPOTAGE
  • écorce de séquoia grosseur moyenne....70% 

  • mousse de sphaigne de Nouvelle-Zélande....10% 

  • perlite....10% 

  • charbon de bois....10% (si disponible)

À noter que pour les Paphiopedilum et les Phragmipedium, on peut augmenter la proportion de mousse et diminuer celle de perlite. Pour les petites plantes, ou celles qui ont des racines fines, il est préférable d'utiliser de l'écorce de petite granulométrie. Selon la croissance de la plante, on rempote tous les deux ou trois ans (Il ne faut pas que les racines des Paphiopedilum et des Phragmipedium soient découvertes).

 

TECHNIQUE DE RÉANIMATION

Si vous achetez des orchidées non empotées, c'est à dire racines à nues, voici la façon de procéder:

Immerger complètement la plante dans une solution d'eau tiède avec du sucre (une c. à thé pour un litre) pour une période de 3 à 5 heures. Par la suite, l'empoter temporairement dans de la mousse humide (sphaigne de Nouvelle-Zélande), à l'ombre (lumière tamisée) pour une semaine; ensuite on peut empoter comme à l'habitude.

 

TRAITEMENT ÉCOLOGIQUE

Si vos plantes ont séjourné à l'extérieur durant l'été, il faut les traiter avant de les rentrer. On devra plonger les pots dans une solution insecticide et vaporiser le feuillage avec la même solution, cela une fois par semaine pour trois semaines. Le lendemain matin de la troisième semaine on peut rentrer les plantes.

Recette de la solution insecticide

  • 200 ml d'huile d'ail (voir recette ci-dessous)

  • 20 ml d'huile de Neem

  • quelques gouttes d'huile d'eucalyptus

  • 45 ml de savon à vaisselle

  • 4 litres d'eau

 

Huile d'ail

  • 3 têtes d'ail hachées dans 60 ml d'huile végétale; laisser macérer 24 heures à la température de la pièce.

  • Passer au tamis puis ajouter 1 litre d'eau savonneuse (10 ml de savon à vaisselle/1 L d'eau)

TABLEAU SYNTHÈSE DE CULTURE 
(1) INITIATION DE LA FLORAISON (pour les Phalaenopsis)

Pour une période de 6 semaines:

  • Augmenter la température de jour de 5° C et diminuer celle de nuit de 5° C 

  • Augmenter l'éclairage de 25 - 40% 

  • Espacer les arrosages.

  • Pas de fertilisation. 

  • Diminuer l'humidité ambiante.

 

Pour une deuxième floraison sur la même tige: couper la tige florale juste au-dessus du dernier bourgeon dormant en dessous de la première fleur (fanée). Il se produira un embranchement avec de nouvelles fleurs. Seule restriction, s'assurer que la plante est mature (plus de deux feuilles).

(2) ÉCLAIRAGE

Toutes fenêtres à l'exception de celles qui donnent plein nord, idéalement sud-est ou sud-ouest. Les néons de types "cool white" sont de bons substituts à la condition de placer les orchidées tout près (environ 4 pouces, 10cm). Une lampe haute pression au sodium est l'éclairage artificiel de choix.

(3) ARROSAGE

Plusieurs orchidophiles emploient de l'eau déionisée (filtrée par osmose inverse) ou de l'eau de pluie, on peut aussi utiliser l'eau du robinet à la température de la pièce.

(4) HUMIDITÉ

Pour de petites quantités de plantes, on peut utiliser de petits bacs en polyuréthane ou en métal émaillé dans lesquels on mets du gravier pour aquarium et de l'eau, mais de façon à ce que les pots ne touchent pas l'eau. Pour un plus grand nombre de plantes, on peut construire un abri (une tente) en polythène dans lequel on met un humidificateur et un ventilateur.

  • Facebook
  • Instagram

Contact 

   

Tous droits réservés © La Société des Orchidophiles de Montréal 1996-2020

Website made by Julie Massot